Le voisin - Tatiana de Rosnay

Publié le par uneoudeuxchosesavousdire

 

le-voisin.jpgColombe Barou emménage dans un nouvel appartement avec ses jumeaux et son mari Stéphane, souvent absent pour raison professionnelle. Colombe mène une vie ordinaire, elle travaille dans une maison d’édition en tant que nègre. Elle écrit ainsi des mémoires et autres biographies dans lesquelles son propre nom n’apparaît jamais.  Une femme de l’ombre, discrète.

Alors qu’elle pense avoir trouvé un nouvel appartement paisible pour abriter sa famille, Colombe est réveillée toutes les nuits, à 3heures du matin, par de la musique qui semble provenir de chez son voisin du dessus… Pourtant, quand elle tente d’en savoir plus sur cet inconnu qui perturbe ses nuits, tous les habitants de l’immeuble sont unanimes et ne tarissent d’éloges à l’égard de Léonard Faucleroy, médecin reconnu, divorcé, solitaire et sans histoire,  tellement dévoué à son travail qu’on le voit à peine dans l’immeuble.

Pourquoi Léonard Faucleroy s'en prend-il de la sorte à Colombe Barou? Quel est l'objectif de cette omniprésence dans sa vie ? Cette intrusion dans sa propre intimité finit par lui faire perdre sommeil et joie de vivre. Incomprise par son entourage et par sa propre famille, Colombe devient l’ombre d’elle-même.

 

Tatiana de Rosnay nous plonge progressivement dans une atmosphère hitchcockienne. Au fil des pages, Colombe s'enfonce dans un engrenage diabolique qui, bien que la conduisant parfois à la lisière de la folie, se révèlera finalement libérateur.

 

hopper-fenetre.jpg

"Seule avec "lui". Tout en elle vibre d'une acuité surnaturelle. Elle entend sa propre respiration, le battement affolé de son coeur, elle entend chacun de ses gestes à lui, il ouvre les tiroirs, manipule les instruments, elle entend aussi tout ce qui se passe dehors, dans les longs couloirs glauques, derrière les vitres aux stores crasseux,elle entend le trafic le long du boulevard, la sirène d'une ambulance qui s'approche, le bruissement des feuilles dans les arbres, elle entend même le tic-tac de la grosse horloge qui troue le mur de sa face ronde"

 

 

 

  Edward Hopper, Fenêtres de Nuit, 1928, Technique Huile sur toile, 73x86cm, Exposé au MOMA, New-York

 

 

Le voisin, Tatiana de Rosnay, Editions Héloïse d'Ormesson, 2000.

 

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article