Alice Ferney - la grâce et l'élégance du style

Publié le par uneoudeuxchosesavousdire

Qu'elle fût bien inspirée, Cécile Gravriloff (née Brossollet), quand elle troqua son nom d'épouse et son prénom usuel pour ce pseudonyme littéraire, Alice Ferney.  

ALICE, en hommage à Alice au pays des Merveilles, FERNEY, en référence à la propriété de Voltaire, qui est né le même jour qu'elle.

 

Comme l'Alice de Lewis Caroll, elle se montre « curieuse, extravagamment curieuse », au point de mettre environ un an à mûrir le sujet de ses livres, s'affairant à récolter une documentation suffisante pour plonger le lecteur dans des univers particuliers.   

Par son écriture où se mêlent finesse et élégance, et des romans de facture classique, Alice Ferney  réussit à faire entendre les voix intérieures de ses personnages, leurs sentiments inavoués, leurs désirs brimés, leurs solitaires affrontements avec la fatalité.

 

 

Oeuvres :

  • Le Ventre de la fée, Actes Sud, 1993.
  • L'Élégance des veuves, Actes Sud, 1995.
  • Grâce et dénuement, Actes Sud, 1997, prix Culture et Bibliothèques pour tous.
  • La Conversation amoureuse, Actes Sud, 2000.
  • Dans la guerre, Actes Sud, 2003.
  • Les Autres, Actes Sud, 2006.
  • Paradis Conjugal, Albin Michel, 2008
  • Passé sous silence, Actes Sud, 2010.

 

"Je crois que les œuvres d’art ont cette vocation de lutter contre la mélancolie : c’est de là qu’elles viennent et c’est là qu’elles retournent."

Paradis Conjugal, Albin Michel, 2008

 

 

 

 

 

 

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article